Des laboratoires experts en AMP au service des couples infertiles

Vos questions les plus fréquentes

Voici la définition officielle de l’AMP selon le code de la santé publique (Article L 2141-1) : L'Assistance Médicale à la Procréation s'entend des pratiques cliniques et biologiques permettant la conception in vitro, la conservation des gamètes (spermatozoïdes ou ovocytes), des tissus germinaux (testicule ou ovaire) et des embryons, le transfert d'embryons et l'insémination artificielle.

On l’appelle parfois PMA (Procréation Médicalement Assistée), mais le terme officiel est AMP. Elle recouvre donc toutes les pratiques allant de l’Insémination Intra-Utérine à la fécondation in vitro avec transferts d’embryons frais ou décongelés et aussi la congélation des spermatozoïdes, des ovocytes et des embryons.

Les stimulations de l’ovulation simple avec rapports sexuels programmés n’entrent pas dans le champ de l’AMP.

La prise en charge financière des couples infertiles

Selon l’arrêté du 30.06.2017, paru au Journal Officiel le 08.07.2017, relatif aux règles de bonnes pratiques cliniques et biologiques d’assistance médicale à la procréation, l’AMP a pour objet de remédier à l’infertilité d’un couple dont le caractère pathologique est médicalement diagnostiqué ou d’éviter la transmission à l’enfant ou à un membre du couple d’une maladie d’une particulière gravité. L’homme et la femme formant le couple doivent être vivants, en âge de procréer et consentir préalablement à la réalisation de l’AMP, au transfert embryonnaire ou à l’insémination.

En ce qui concerne sa prise en charge financière, selon le Journal officiel du 30/03/2005 (JORF n°74 page 5309), les actes médicaux de l’assistance médicale à la procréation (AMP) sont remboursés à 100% jusqu’au jour du 43ème anniversaire de la patiente. Pour les hommes, la limite n’est pas fixée aussi clairement mais le plus souvent la prise en charge est possible jusqu’à 60 ans, elle peut parfois se discuter au-delà en fonction des centres.

Sont pris en charge à 100%:

  • Six Inséminations Intra-Utérines (une par cycle) pour l’obtention d’une grossesse
  • Quatre tentatives de fécondation in vitro (recueil ovocytaire et transfert embryonnaire) pour l’obtention d’une grossesse. Les transferts d’embryons congelés ne comptent pas comme une tentative. Une demande d’entente préalable globale doit être déposée avant le début du traitement avec mention de la technique utilisée.

Le dossier médical des couples

En juillet 2017, le Conseil d’orientation de l’Agence de la Biomédecine avait conseillé un âge limite pour l’assistance médicale à la procréation : 60 ans pour les hommes et 43 ans pour les femmes. Dans la pratique, une limite est déjà intégrée par la plupart des professionnels, et spécialement par l’Assurance Maladie pour les femmes ; cette dernière ne rembourse plus, depuis 2005, les parcours d’AMP au-delà de 42 ans révolus pour les femmes, tant les chances de succès deviennent très réduites au-delà.

Malgré les améliorations des protocoles de stimulations de l’ovulation et des techniques au laboratoire, l’âge de la femme reste toujours le facteur de succès le plus important, largement au-dessus de tous les autres facteurs. Au-delà de 40 ans, les chances de succès sont diminuées pour toutes les femmes. Cependant si besoin, une prise en charge en AMP est possible le plus souvent, et doit être évaluée par l’équipe clinico-biologique de votre centre.

En moyenne, les chances de devenir enceintes après 40 ans sont entre 5 et 10% par cycle de FIV.

Tout d’abord nous vous recommandons de bien suivre les conseils de votre médecin, ils sont les plus adaptés à votre couple et sont les plus précieux. Il y a cependant 2 éléments qui influencent fortement votre fertilité et toutes les études scientifiques concordent dans le même sens :

- Le tabac-cannabis : toxiques pour les ovaires et le sperme. C’est clairement démontré, les couples fumeurs ont moins de grossesses que les non-fumeurs et en AMP aussi. Attention au tabagisme passif qui a aussi un rôle bien identifié maintenant. 

- Le surpoids et l’obésité jouent aussi un rôle négatif sur la fertilité. Perdre du poids peut donc aussi permettre d’améliorer la fertilité de son couple et même parfois conduire à des grossesses naturelles ! Un suivi et des conseils en nutrition sont parfois très utiles et à ne pas sous-estimer. La maigreur est aussi facteur péjoratif qu’il ne faut pas négliger même s’il est souvent encore plus difficile à traiter.

Il y a peu de médicaments qui améliorent la fertilité et qui en ont fait la preuve. Suivre ces 2 conseils n’est pas toujours facile mais ils ont tous les deux un rôle important dans l’infertilité et ce rôle a pu être démontré dans de nombreuses études scientifiques : il n’y a plus de doute maintenant, arrêter le tabac et retrouver un poids normal permettent d’augmenter ses chances de succès en fertilité naturelle et en AMP.

La fertilité d’un couple, lorsque la femme est âgée de 25 ans, est de 25 % par cycle. Cela signifie qu’en dehors de tout facteur d’infertilité (familial ou personnel), le délai moyen pour obtenir une grossesse est en moyenne de 4 à 6  mois pour un couple jeune. Ce délai pour concevoir augmente avec l’âge.

Un délai moyen de 6 mois à 1 an peut être parfois nécessaire pour obtenir une grossesse, sans qu’une anomalie soit identifiée.

Au-delà de 1 an de désir de grossesse sans succès, nous vous conseillons de consulter un médecin gynécologue spécialisé en assistance médicale à la procréation (AMP). Au-delà de 35 ans et surtout après 39 ans, nous vous conseillons de consulter plus rapidement un centre d’AMP pour faire un bilan initial.

A  l’issue de la 1ère consultation, un bilan complet (imagerie, biologie, spermogramme) sera prescrit pour la femme et pour l’homme, afin d’évaluer le potentiel de fécondité au sein du couple.

Une fois l’ensemble de vos bilans réalisés, un deuxième RDV avec le gynécologue vous sera proposé. Il vous sera expliqué s’il est nécessaire de recourir à un protocole d’AMP et dans quel délai.

Les anomalies les plus fréquemment rencontrées et nécessitant une prise en charge sont les troubles de l’ovulation, l’endométriose, l’imperméabilité tubaire (trompes bouchées), l’insuffisance ovarienne et/ou les anomalies spermatiques retrouvées dans 50% des infertilités. Une prise en charge personnalisée vous sera alors proposée. Il pourra s’agir de stimulation simple de l’ovulation, d’insémination intra-utérine (IIU) ou encore de fécondation in vitro sans (FIV) ou avec micro-injection (ICSI). Le choix de la technique sera fait sur l’ensemble des données de votre bilan. Dans tous les cas ce choix vous sera expliqué.

Si une intervention chirurgicale est nécessaire (hystéroscopie, cœlioscopie), elle vous sera proposée et sera réalisée par le gynécologue, qualifié en chirurgie gynécologique,  qui vous suit au sein du centre.

Organisation au sein des centres Eurofins fertilité

En vous rendant sur la page Contact.

Il n’y a pas de liste d’attente.

Par contre pour tous les centres les délais de 1er RDV peuvent varier de 15 jours à 1 mois. Une fois le couple pris en charge, les délais sont plus courts.

Chaque centre Eurofins fertilité travaille en étroite collaboration avec une équipe clinique.

Pour le versant clinique, les différents praticiens qui vous prennent en charge sont obligatoirement des médecins, spécialisés en gynécologie-obstétrique ou en endocrinologie et titulaires d’une autorisation d’exercer l’AMP délivrée par l’Agence Régionale de Santé en relation avec l’Agence de la Biomédecine.

Pour le versant biologique, les praticiens sont médecins, pharmaciens, biologistes spécialisés en AMP, titulaires d’une autorisation d’exercer l’AMP délivrée par l’Agence Régional de Santé en relation avec l’Agence de la Biomédecine.

Parcours de soin des patients

Lors de votre parcours AMP, l’ensemble du corps médical qui vous accompagne vous donnera les informations liées aux effets secondaires du traitement qui vous sera proposé.

Ils peuvent être variés mais ne sont pas systématiques.

N’hésitez pas à interroger votre clinicien à ce sujet durant les consultations.

Pour les inséminations intra-utérines, la stimulation peut être renouvelée tous les mois. Les cycles sont souvent enchainés. Dans le schéma classique, après 3 ou 4 échecs, nous proposons le recours à la Fécondation In Vitro.

Pour la fécondation in vitro, il est recommandé un intervalle de 3 mois entre 2 ponctions ovocytaires. Si des embryons ont pu être vitrifiés, alors des transferts d’embryons décongelés (sans ponction ovarienne) pourront être réalisés.

 

Sur la base de l’analyse morphologique de l’embryon, le biologiste peut prédire ses chances de nidations. Ces critères morphologiques et de cinétique de développement sont actuellement limités et ne prennent pas en compte les facteurs génétiques propres à l’embryon et les facteurs de dialogue immunologique propres à la nidation. C’est pourquoi, il est souvent nécessaire de transférer plusieurs embryons, dans le temps, pour aboutir à un accouchement.

Il arrive parfois que le développement embryonnaire ne soit pas satisfaisant (par exemple, on n’observe pas de division des cellules de l’embryon en 24h), et que l’on ne puisse pas faire de transfert embryonnaire. Dans ce cas, le biologiste vous contacte pour vous expliquer ce qui a été observé et propose de vous rencontrer pour en parler et organiser un nouvel essai.

Il faut bien garder à l’esprit que si un transfert a été réalisé, c’est que l’équipe biologique a jugé que le(s) embryon(s) transféré(s) avait(ent) un bon potentiel d’implantation. Bien sûr, il n’y pas de garantie de grossesse quelle que soit la qualité de l’embryon.

 

Vous pouvez, bien sûr, accompagner votre mari pour effectuer son recueil s’il le souhaite. N’hésitez pas, cela arrive souvent. 

Le but est que le patient soit dans les meilleures conditions pour y parvenir sans difficulté.

 

Le jour du début de votre traitement vous est précisé par votre médecin. On considère que le premier jour des règles est le premier jour où vous vous réveillez avec des pertes sanguines franches.

Les fabricants de produits injectables mettent toujours un peu plus de produit dans les ampoules que la dose indiquée. Il est normal qu’il reste un peu de produit après avoir fini les injections.

 

Ceci est un test de rubrique

Parce que c'est comme ça !

XXXXXXX

hjkh hjjhj jhkjkjlkjl

tyrtyyuuyuyiu